Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Retour à la normale pour la marche des fiertés à Paris

4 min read
Depuis son importation en France en 1977, ces personnes se rassemblent pour défendre les droits des personnes LGBTQ+ et revendiquer l’égalité pour tous.

SONY DSC

Cet événement accueille un demi-million de personnes d’Ile-de-France, de province et même de l’étranger lors de chaque édition. Depuis son importation en France en 1977, ces personnes se rassemblent pour défendre les droits des personnes LGBTQ+ et revendiquer l’égalité pour tous.

La timide pluie n’a pas douché les cœurs et les couleurs de la Marche des fiertés, qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes. Un cortège si long qu’il s’étendait sans forcer sur la moitié des 5 kilomètres du parcours, depuis l’est de la capitale, Porte Dorée-Michel Bizot. L’arrivée s’est faite deux heures plus tard à République après un passage à Bastille. Dans ce cocktail multicolore, on croisait des inquiétudes et des revendications des communautés LGBTQI+, mais aussi un grand besoin de se retrouver et de s’amuser.

Le Grand Podium, sur la place de la République à 17 heures

Artistes, DJs et associations se sont réunis dans le but de sensibiliser les participants aux luttes contre les discriminations et prévenir sur la santé sexuelle.

La scène a acceulli un concert de Bilal Hassani, représentant de la France au Concours Eurovision de la chanson 2019. Il y a deux ans, le jeune chanteur alors âgé de 17 ans avait annoncé publiquement son coming-out la veille de la Marche des Fiertés à Paris en diffusant sur YouTube sa ballade au piano Hold your hand. Le chanteur engagé est depuis devenu l’icône des Millenials.

Le char de la mairie de Paris se veut le symbole d’une inclusivité acquise à force de luttes et de politiques publiques volontaristes. 400 000 euros du budget de la ville sont consacrés à la lutte contre les discriminations LGBT, « plus les associations que l’on finance en direct, ou encore les six appartements pour réfugiés LGBT victimes dans leur communauté », ajoute Jean-Luc Romero.

La pluie n’a découragé personne. Trans, drags, réfugiés LGBT, couples gay et lesbien mais aussi nombreux couples hétérosexuels dansant aux rythmes tonitruants qui s’échappent des sound system.

Dans la nuit de vendredi à samedi 25 juin, une fusillade est survenue en plein centre de la capitale norvégienne, Oslo . Elle a fait deux morts et au moins 21 blessés, dont 10 grièvement mais dont le pronostic vital n’est plus engagé. Un suspect a été arrêté après la salve de tirs survenue vers 1h du matin, devant deux bars dont un gay en plein cœur d’Oslo. La Pride, prévue le samedi 25 juin, a été annulée par précaution et en mémoire des victimes.

A Paris pendant la marche, une minute de silence et d’hommage a été célébrée à la mémoire des victimes d’Oslo, mais aussi pour ceux qui sont morts du sida comme chaque année lors du défilé.

Le samedi on marchait aussi à Montpellier et Biarritz. La semaine prochaine, des prides ont lieu à Marseille, Quimper, Dax et Toulouse.

About Post Author

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email