Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

La fête de Ganesh a été célébré dans les rues

3 min read
Des statuettes à l’effigie du Dieu Ganesh seront plongées dans la mer ou la rivière comme le veut la tradition dans le cadre de la fête Ganesh Chaturthi.

Des statuettes à l’effigie du Dieu Ganesh seront plongées dans la mer ou la rivière comme le veut la tradition dans le cadre de la fête Ganesh Chaturthi.

Un événement religieux des plus importants dans le calendrier hindou, car cette divinité symbolise la sagesse, l’intelligence et la connaissance.

La procession haute en couleurs célébrant le dieu hindou Ganesh revient ce année après deux éditions entravées par le Covid-19.

La foule était de retour en force après quelques années modérées de pandémie. Mais malgré la levée des restrictions sur les rassemblements publics, de nombreux fidèles ont toujours opté pour des cérémonies à domicile ou dans des étangs artificiels. Le changement suggère également une prise de conscience croissante de l’impact environnemental du festival.

Environ 30 000 personnes ont afflué sur les plages et les berges de Mumbai cette semaine pour immerger les idoles du dieu à tête d’éléphant Ganesha dans le cadre du festival hindou de 10 jours de Ganesh Chaturthi.

Traditionnellement, les idoles sont installées dans des pandals – des autels temporaires construits par des comités de quartier – dont certains attirent des milliers de fidèles. Les idoles sont ensuite portées en procession pour être immergées dans l’eau, une cérémonie qui représente le cycle de la vie et de la mort. Rien qu’à Mumbai, des centaines de milliers de statues sont immergées chaque année.

Mais les militants écologistes pointent depuis des années la pollution causée par le rituel. La plupart des idoles sont fabriquées à partir de plâtre de Paris non biodégradable et la peinture contient des substances toxiques telles que le plomb et le mercure.

« C’est un poison qui se répand dans l’eau. Évidemment, cela va affecter la vie marine et la biodiversité », déclare Debi Goenka de Conservation Action Trust.

Des chars, des saris et beaucoup de couleur : la fête de Ganesh, dieu enfant à la tête d’éléphant et fils de la principale divinité de l’hindouisme Shiva, a fait son grand retour dans le quartier de La Chapelle à Paris.

Sur le trajet, des milliers de fidèles de la communauté hindoue d’Île-de-France, principalement composée de Tamouls originaires du nord du Sri Lanka mais également d’Angleterre, des Pays-Bas et d’Allemagne, feront des offrandes à Ganesh. Pois chiches, petits gâteaux de semoule, fruits frais et fleurs inonderont les rues de parfum. Des noix de coco safranées seront brisées devant les vitrines des commerçants, signe que ces derniers ouvrent leur cœur à Ganesh.

La communauté hindoue d’origine marathi ont fêter religieusement le jeudi 1er septembre la naissance de Ganesh, fils de Shiva et la déesse Parvati, soit le 4e jour après la nouvelle lune du mois du calendrier hindou du Bhadrapada.

About Post Author

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email