Impact European

"NOUS SOMMES UN JOURNAL INDÉPENDANT"

Festival de Cannes 2022 : une soirée des marches glamour avec James Gray, Anne Hathaway et Julia Roberts pour la projection d’Armageddon Time

4 min read
Anne Hathaway et Jeremy Strong ont gravi les marches du Festival de Cannes 2022 pour la projection d'Armageddon Time, de James Gray.

Anne Hathaway, Director James Gray, Jeremy Strong, Michael Banks Repeta et Jaylin Webb

Anne Hathaway et Jeremy Strong ont gravi les marches du Festival de Cannes 2022 pour la projection d’Armageddon Time, de James Gray.

L’un des films les plus attendus de la compétition a été montré ce soir au festival de Cannes : Armageddon Time, de James Gray. Le réalisateur de Lost City of Z et d’Ad Astra y raconte une histoire personnelle, celle d’un jeune garçon (Michael Banks Repeta) évoluant dans le milieu artistique du Queens, à New York. Il va y croiser la route de plusieurs personnages incarnés par Anne Hathaway, Anthony Hopkins ou Jeremy Strong, qui auront une plus ou moins bonne influence sur lui. Si à 84 ans, Hopkins n’a pas fait le déplacement, le reste du casting a monté les marches aux côtés du cinéaste, qui a avoué à l’été 2020, juste avant de le tourner, s’être inspiré des oeuvres cultes de Federico Fellini et François Truffaut pour ce projet qui lui tenait à coeur : « Amarcord et Les 400 coups sont assurément des films auxquels j’ai beaucoup pensé et Armageddon Time s’inscrit dans l’esprit de ces œuvres – c’est un film très ouvert, chaleureux, humain, qui donne envie d’aimer les gens qui l’habitent. »

Vincent Lindon, le président du jury, a ouvert la marche, suivi de près par l’équipe du film Rodeo. L’espace d’un instant, la Croisette n’a pu détacher le regarde de la robe aérienne d’Aishwarya Rai, suivie de la volumineuse tenue en tulle rose de Cindy Bruna. Aya Nakamura et Kendji Girac ont eux aussi pris la pose sous les flashs. Quelques minutes plus tard, Thomas Pesquet, déjà présent la veille, a de nouveau témoigné de son amour pour le cinéma. L’astronaute s’est cette fois-ci prêté au jeu des autographes dès son arrivée. Rebecca Hall et le designer Alexandre Mattiussi lui emboîtaient le pas.

Vers 18h45, la Croisette s’est illuminée d’un sourire légendaire : celui de Julia Roberts, marraine des trophées Chopard. L’actrice, qui avait gravi les marches pour la dernière fois en 2016, à l’occasion de la projection de Money Monster, arborait cette fois une combinaison queue-de-pie (et des talons, après sa précédente apparition pieds nus). Elle a savouré ce temps seule devant les photographes qui en ont redemandé. Dix minutes plus tard, Jeremy Strong, «honoré», foulait lui pour la première fois le red carpet de l’événement.

Anne Hathaway s’est quant à elle offert une apparition scintillante, en brassière et jupe à sequins, aux bras de deux enfants : Banks Repeta et Jaylin Webb, également acteurs du film. La comédienne est par la suite entrée dans l’auditorium, bras dessus, bras dessous, avec Jeremy Strong. Avant que l’équipe n’assiste côte à côte à la projection du long-métrage, comme une famille.

Anne Hathaway est apparue dans une très élégante robe blanche à bustier scintillante. Ladite robe, parée d’une longue traîne, est signée Giorgio Armani Privé.

Alors même qu’elle est devenue un visage incontournable du cinéma américain, c’était sa première fois à Cannes. L’actrice américaine, découverte dans le rôle d’une jeune novice un peu perdue dans le milieu de la mode dans Le Diable s’habille en Prada en 2006, nous a, ici, démontré qu’elle maîtrise désormais les codes du style.

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise les cookies. En poursuivant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. 

RSS
Follow by Email